Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524

Homélie du dim. 18 octobre 2015

Homélie du XXIXème dimanche du temps ordinaire

 

 

Homélie : Père Luigi Quaranta

Paroisse Christ Roi – Milan                                                                                                      Messe du 18/10/2015                                                                                                                 XXIXème dimanche du temps ordinaire

(Isaïe 53,10-11 ;  Ps 32 ;  lettre aux hébreux 4,14-16 ; évangile Mc 10,35-45)

 

Les lectures de ce dimanche sont centrées sur la personne du Christ Serviteur qui va jusqu’au bout de sa mission. Ces textes sont porteurs d’une certaine espérance : Il a donné sa vie pour notre salut.

La confiance évoquée dimanche dernier reste l’expression la plus pertinente pour saisir les fondements de la vie de Jésus.

Ces fondements ne sont ni dans la place qu’Il occupe,                                             ni dans sa fonction,                                                                                                       mais dans la relation d’amour vécue au quotidien.

A la suite du Christ, nous cheminons sur ce chemin exigeant : nous nous rappelons qu’être au service de Dieu et des hommes, c’est aussi être capables par nos paroles et nos actes de témoigner et d’annoncer. 

Aujourd’hui, la question s’élève de Jésus lui-même : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » (Mc10,36). Cette question posée à Jacques et Jean révèle combien Jésus aime que nous lui exprimions nos attentes, nos désirs.

La demande de Jacques et Jean devient, pour Jésus, l’occasion d’un enseignement.

Si nous réfléchissons bien, la demande des deux disciples n’est pas si étrangère à nos propres désirs. Elle manifeste le goût du pouvoir, peut être aussi, la recherche de l’image idéale de soi : une sorte de soif de reconnaissance. Le risque est grand, en effet,  de considérer notre valeur à travers notre fonction (valeur humaine).

Si Jésus invite les disciples à devenir serviteurs, ce n’est pas en raison d’un rabaissement volontaire, mais, au contraire, une invitation à nous libérer, nous vivifier.

Pour Jésus, servir c’est aimer !

 

 

Saint Jean introduit le récit du lavement de pieds  (Jn13,1) par ces mots :

 « Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout… ».

En devenant le dernier et le serviteur, Il laisse jaillir du fond de soi la capacité d’aimer et de s’émerveiller. Seul, le renoncement au pouvoir permet l’éclosion de la tendresse. Il ne s’agit pas, bien sûr, de renoncer à toute forme de pouvoir.

L’autorité de Jésus est, d’ailleurs reconnue par la foule (Mc1,27). L’exercice du pouvoir et de l’autorité, des responsabilités, sont indispensables. Jésus dénonce ceux qui font « valoir » leur pouvoir et qui recherchent leur joie dans cette subtile jouissance.

Par ce comportement, ils s’enchaînent eux-mêmes et détournent le véritable sens de leur mission.

L’évangile conteste tout pouvoir intéressé et autoritaire. Il ouvre le chemin du service et de la mission.

« Parmi vous, celui qui veut être grand sera votre serviteur » (Mc10,43).

 Jésus nous révèle que, pour être fécond, le pouvoir doit être service.

« Oui, elle est droite, la Parole du Seigneur ;                                                                 Il aime le bon droit et la justice ;                                                                                        Il est fidèle en tout ce qu’il fait ». (Ps 32)

 

Homélie : Père Luigi Quaranta

Paroisse Christ Roi – Milan                                                                                                      Messe du 18/10/2015                                                                                                                 XXIXème dimanche du temps ordinaire

(Isaïe 53,10-11 ;  Ps 32 ;  lettre aux hébreux 4,14-16 ; évangile Mc 10,35-45)

Paroisse Christ-Roi -
conception keeo |  mentions légales |  contact | Paroisse Christ-Roi © Tous droits réservés