Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524 Duomo di Milano Milano Pano 766px-Milanoambrogio0002 1465_-_Milano_-_S._Lorenzo_-_Cappella_S._Aquilino_ IMGP4025 IMGP4052 IMGP4095 IMGP4160 IMGP4524

Homélie du dim. 17 janvier 2016

Homélie du Père Luigi Quaranta

Paroisse Christ Roi  -  Milan

Messe du 17 janvier 2016

2è dimanche dans l’année C(1ère lecture : Isaïe 62,1-5 – Ps 95 – 2è lecture : 1ère aux Corinthiens 12,4-11 –  évangile : st Jean 2,1-11)

 

Reprenant son cours ordinaire, l’année liturgique fait encore appel à Saint Jean qui relate la présence de Jésus et de ses disciples à des noces. Marie s’y trouve aussi, attentive, prête à aider.

Comme chaque année, du 18 au 25 janvier, les chrétiens sont invités à une semaine de prière et de rencontre afin de se remémorer la prière de Jésus «Que tous soient UN afin que le monde croie » (Jn 17,21)

Nous avons commencé ce matin notre Eucharistie en franchissant  avec Enzo et Tristan leur deuxième étape vers le baptême : leur entrée en catéchuménat.

Nous les saluons avec leur famille, nous les remercions pour leur témoignage d’engagements et nous les assurons de notre soutien spirituel et de notre souci de les accueillir fraternellement en Eglise.

La Parole d’aujourd’hui nous introduit aux véritables sens de la fête et de la joie !

Les noces : c’est le seul cas dans l’évangile où Jésus participe aux fêtes du village. Le but de l’évangéliste est de nous communiquer ce qu’il appelle « des signes ». En somme, des indices qui révèlent qui est -  Jésus de Nazareth - .

Accompagné des disciples, choisis depuis peu, Jésus participe aux festivités locales… La mère de Jésus, Marie, n’est guère présente dans l’évangile de Jean, sauf, en ce moment, où son Fils fait son entrée dans la vie publique.

Elle signale le manque de vin. La réponse de Jésus nous déconcerte quelque peu « Femme, que me veux-tu ? ».

La réflexion du philosophe Emmanuel Falque nous dit que : « l’incorporation de Dieu au monde se prouve par le Fils Incarné, par les multiples expériences de «kinesthèses», c’est-à-dire de mouvements internes à son propre corps par lequel Il constitue le monde de Dieu et manifeste, par là, les « signes de Sa Gloire Divine ».

Entendre sa mère et voir avec elle qu’ils n’ont plus de vin à Cana (Jn 2,3). La TOB, dans sa cohérence interprétative, nous dit : « l’action de Jésus se situe à un autre niveau que celui qu’envisage Marie. »  

Par contre, Marie, dans son affirmation « Faites tout ce qu’Il vous dira » fait écho des engagements des israélites lors de l’Alliance au Sinaï « Tout le peuple répondit, unanime : tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique » (ex. 19,8 ; 24,3.7).

Jean, le mystique, est le seul des quatre évangélistes à parler du mariage de Cana. Son récit apporte des repères qui peuvent nous aider à découvrir une présence que seule la Foi peut révéler.

Dépassons Cana et la fête pour rejoindre au cours de l’histoire d’Israël                           les signes authentiques de l’ALLIANCE et donc les Noces entre Dieu et son peuple : Ceux qu’Il a choisis.

Il ne faut pas oublier que - les jarres - qui contenaient de l’eau servaient pour les ablutions rituelles… Nous restons en cela au même plan que le baptême administré par le Baptiste.

« ça n’est donc fini des austérités légalistes et des ablutions rituelles, des conformismes stéréotypés… ».

Laissons parler les prophètes (Os 1-3 ; Jr 3,1 ; Ez 36,26).

Place à une Alliance - Mariage !

Amour où Dieu se fait tellement proche qu’Il devient l’un d’entre nous : « Ton Bâtisseur t’épousera ». (Isaïe 62,5)

Les vieilles – outres -  sont celles de la première Alliance.

Jérusalem, pardonnée, reçoit de Dieu le titre de « ma préférence – l’épousée » (Isaïe 62,4).

La surabondance du vin caractérisera les temps messianiques (Gn 49,11) : « Qu’ils sont beaux les yeux du Roi Messie, plus que le vin pur… ».

Le bon vin du Royaume Nouveau invite à se laisser griser par l’Esprit  et à s’exprimer en d’autres langues, comme à la Pentecôte

Au repas pascal, on buvait quatre coupes de vin. Selon une explication rabbinique, elles correspondaient aux quatre termes signifiant le salut : Libération, affranchissement, rédemption, adoption. (ex. 6,6 sv).

Le symbolisme pascal du vin est établi.

 

 

A l’alliance imparfaite représentée par l’eau succède la plénitude :

« Si la LOI fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ » (Jn 1,17)

Les six cent litres d’eau changés en vin sont le signe de Cana qui nous permet d’entrevoir la joie de la Pâque : Nouvelle Alliance.

Pâque de crucifixion où découlent l’eau et le sang « Eucharistie – sacrements ».
Pâque de résurrection qui chante les Noces de l’Agneau avec l’Eglise. (Ap 19,7)

Le commencement des signes, que Jésus accomplit, annoncent le Royaume Nouveau.

Les temps messianiques s’accomplissent … Le prophète Isaïe l’avait déjà annoncé « Le Seigneur Le Tout Puissant va donner un festin… Ce jour-là on dira : Le voici ! ».

Le royaume nouveau est inauguré.

 

Amen.

 

Paroisse Christ-Roi -
conception keeo |  mentions légales |  contact | Paroisse Christ-Roi © Tous droits réservés